Éclipse

 

L’ombre noire arriva pendant la nuit, dans un silence.

Attirée par la lumière, elle était venue de loin pour reposer son corps vacillant sur celle-ci.

Fatiguée de voir sa taille diminuer et augmenter sans cesse, elle s’assoupit sur la surface blanche.

Son spectre, incontrôlable, ne put s’empêcher de s’allonger et s’étirer, comme un escargot qui sort de sa coquille.

Grandissant à vue d’œil, il grimpait progressivement jusqu’à venir étouffer le moindre centimètre de peau.

Quand il n’y eut plus rien à recouvrir, et quand l’obscurité fut telle qu’elle boucha même les oreilles, l’étreinte entière fut balayée par une lueur rouge qui parcourut la scène à la vitesse d’un frisson.

Et l’instant d’après, le temps d’un souffle, les deux forces se détachèrent comme des inconnues.

Regardant dans des sens opposés, elles dévoilèrent le corps poreux qui retrouvait petit à petit sa blancheur.

À 8h, la lune était redevenue complètement nue

.