Les jours où mon attention est accrue

Un couple dans la rue : « C’est ce que je te dis ! Pourquoi tu répètes ce que je te dis? » .

Une femme hausse les épaules dans une pharmacie, la caissière sourit poliment et un autre homme regarde la scène. La dame âgée est habillée d’une robe tablier avec des rayures roses.

Le bout de son écharpe au crin laineux remonte dans son entrejambe. Pris au piège, il attire mon regard dans une situation gênante. Je sais très bien que ce n’est pas ce que je crois, mais je n’arrive pas à regarder à ailleurs, comme si je devais m’en assurer.

Reprendre les habitudes, cette petite secousse dans le métro qui te réveille : Est-ce que tu as pris le bon ? Est-ce qu’il va dans le bon sens ?

La peau du riz autour de la poche en plastique transparent.

Le vent du métro qui arrive et balaye ses cheveux.

Assises face à face, nos genoux qui se frôlent.

Il y a des regards qui s’accrochent, comme enchainés, pendant que la vélocité du métro opère.

La chaine se brise quand il s’arrête.